Il est un ami fidèle, toujours présent : notre corps. Nous pouvons le délaisser, le négliger parfois même ne pas l’aimer. Lui, il patiente, nous envoie des signaux, attendant que nous soyons un peu plus à l’écoute, un peu plus bienveillants. Il lui arrive de crier aussi, tant nous pouvons être sourds à ses appels.

Soumis à nos excès de stress il va se nouer, se coincer, trébucher, trembler. Il va se mettre en alerte, les organes vont subir les assauts de cortisol, de l’adrénaline, l’hypertension va se manifester, le cœur va s’affoler dans la poitrine, la tête va devenir douloureuse, le ventre, lui, il va envoyer la cavalerie de maux diverses et variés… Palpitant n’est-ce pas ?

Sage recueil de nos blessures affectives, il emmagasine depuis des années nos expériences, et ce, depuis notre naissance, certains disent même que dans le ventre de notre Maman, déjà il se formaient en lui nos empreintes de vie.

Qu’il s’agisse de s’exercer à la sophrologie pour gérer son stress, préparer positivement un événement futur, retrouver nos ressources positives ou suivre une thérapie en sophro-analyse intégrative, le corps est de la partie. Méthode de bien-être ou thérapie, toutes deux sont par essence psychocorporelles.

La sophrologie propose des exercices psychocorporels pour aider le mental via le corps à retrouver calme, sérénité, concentration, confiance, etc.

Le travail thérapeutique en sophro-analyse intégrative consiste à interroger le corps pour laisser émerger et apaiser les maux de l’esprit et libérer nos émotions les plus enfouies. Des mémoires explicites ( celles que l’on peut nommer) et des mémoires implicites (dont on ne se souvient pas et qui pourtant agissent bel et bien dans notre présent) ont été engendrées par  des situations dont le contenu psychoémotionnel du moment (passé) est resté non résolu. Ce contenu refoulé dans l’inconscient (car ingérable par l’âge de la personne ou/et l’intensité de l’événement) est enregistré dans le corps, formant une véritable carapace.
C’est via le questionnement et l’écoute du ressenti des sensations psycho-émotionnelles du corps que sont abordées les blessures-mémoires qui composent la carapace, pour en prendre soin en conscience, les pacifier et vivre une réelle aisance existentielle.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *